Les placottoirs de Nanaimo laissent une marque durable

OTTAWA, le 13 juillet 2016– Les trois placottoirs qui ont animé le centre-ville de Nanaimo ont été relocalisés, mais ils ont laissé une marque durable en sensibilisant le public à l’architecture et au design et en renforçant l’esprit communautaire.

Trois espaces de stationnement de la rue Commercial ont été transformés en mini-parcs ou en « placottoirs » aménagés avec des bancs et des plantations, au plus grand plaisir du public, pendant le Festival d’architecture de l’Institut royal d’architecture du Canada (IRAC) qui s’est tenu du 8 au 11 juin. Ces trois projets étaient les finalistes d’un concours de design parrainé par l’IRAC qui s’adressait aux élèves des écoles secondaires.

L’un des buts de ce concours était de mobiliser la communauté et de la sensibiliser davantage à l’importance de l’espace public. « Nous voulions promouvoir l’architecture auprès du public et créer des liens réels avec la communauté dans le cadre de notre festival de 2016 qui se déroulait sur le thème Connexions », a déclaré l’architecte David Poiron du comité organisateur local du festival.

Au final, la communauté s’est engagée à tous les niveaux : les installations ont été réalisées et construites par le programme de la Carpentry Foundation de l’Université de l’île de Vancouver; des entreprises locales ont fourni le contreplaqué et le matériel; des architectes de l’île de Vancouver ont agi comme mentors auprès des élèves pendant tout le processus; et le grand public a bien profité des placottoirs pour se détendre et socialiser. Les gagnants ont remporté des prix en argent et ont vécu une expérience des plus enrichissantes. 

« Je suis vraiment impressionné par le travail des élèves qui ont conçu et construit les placottoirs », a déclaré le maire de la ville de Nanaimo, Bill McKay. « Je regrette seulement que nous n’ayons pu les garder. Ces aires de détente utilisées par beau temps créent des liens entre les extérieurs et les intérieurs et entre les bâtiments et la rue, et ils favorisent les contacts interpersonnels. » 

Le premier prix a été attribué à l’équipe Monster Club, formée de Jasmine Yu et Fo Wu de l’école universitaire Saint Michaels de Victoria, en Colombie-Britannique.

 

Entouré de piquets blancs, ce jardin abstrait comprend deux grands sièges en forme de feuilles. Des boîtes de galets dans lesquelles poussent des plantes grasses sont dispersées au centre des bancs. Des tables rondes en acrylique transparent comblent l’espace entre les courbes des bancs et créent plusieurs places pour s’asseoir.

Le jury a aimé la « grande exploration de la couleur, de la texture et de la forme sculpturale » de l’équipe Monster Club ». Les gagnantes se partagent un prix de 900 $, et un montant de 2 000 $ est remis à leur école où le placottoir est maintenant installé.  

L’équipe GISS Junior Design, de l’école secondaire Gulf Islands, à Salt Spring Island, et formée de Patrick Little, Stuart Hambrook et Jackson Sweet s’est classée au deuxième rang.

 

Leur placottoir est fait d’une cour urbaine clôturée, d’un bac de plantations, de tables intégrées et d’un petit auvent, tous en bois massif. Il comprend des bancs d’une longueur totale de 22 pieds faits de belles planches de bois, ainsi que trois tabourets. Il offre de la place pour rester debout ou s’appuyer à un comptoir et des arbres apportent un peu d’ombrage.

Le jury l’a qualifié « d’endroit vivant comprenant divers éléments pour attirer divers utilisateurs ». Le placottoir de GISS Junior Design est maintenant installé sur le campus Duncan de l’Université de l’île de Vancouver, en Colombie-Britannique. Les équipiers se partagent un prix de 600 $, et un montant de 1 000 $ est remis à leur école.

Enfin, la troisième place est allée à l’équipe NC Aspengrove de l’école Aspengrove de Lantzville, formée de Christopher Dwerryhouse et Nathaniel Maguire, qui se partagent un prix de 300 $ alors qu’un montant de 500 $ est remis à leur école. Leur placottoir s’est également mérité le Prix du public, ayant remporté le plus grand nombre de votes des délégués et du grand public.

 

Dans leur projet, des bacs à fleurs aux formes ondulantes bordent une pièce extérieure accueillante ouverte aux piétons sur le trottoir. Les plantations accentuent l’impression de bien-être. Deux tables rondes et des bancs en demi-cercle sont nichés dans les courbes murales pour accueillir des petits groupes. Un long banc longe le trottoir et invite les passants à s’y arrêter.

Le jury a aimé « le contraste dans le choix des matériaux extérieurs et intérieurs et la forme ondoyante et organique de l’espace intérieur ». Le placottoir de l’équipe NC Aspengrove est maintenant installé au centre-ville de Qualicum Beach, en Colombie-Britannique.

Le président de l’IRAC, Allan Teramura, a été vivement impressionné par les trois projets finalistes. « Leurs designs expriment un niveau surprenant de raffinement et de maturité, étant donné qu’ils ont été créés par des jeunes qui n’ont reçu aucune formation en design », a-t-il dit. « De plus, si l’on en juge par la couverture médiatique locale, la population aime vraiment l’idée que des non-professionnels, même des enfants, puissent contribuer à changer l’environnement urbain. »

Des équipes de dix-neuf écoles secondaires de l’île de Vancouver ont participé au concours. Des architectes locaux, ainsi que des personnalités de la communauté architecturale internationale ont fait partie du jury chargé de déterminer les gagnants, notamment Jane Duncan, présidente du Royal Institute of British Architects, et Elizabeth Chu Richter, présidente de l’American Institute of Architects.

Un placottoir est un prolongement du trottoir, généralement de la taille d’une place de stationnement, qui offre un espace et certains accessoires publics. Ce concept a pris naissance en 2005 à San Francisco. Depuis lors, plusieurs villes nord-américaines ont lancé leur propre programme de placottoirs, dont Los Angeles, Chicago, Toronto, Montréal et Vancouver.  

Pour télécharger les images

 

AU SUJET DE L’IRAC

L’Institut royal d’architecture du Canada est le principal porte-parole de l’excellence dans le cadre bâti au Canada et représente quelque 5 000 membres. L’IRAC plaide en faveur de l’excellence dans le cadre bâti, œuvre à démontrer comment la conception améliore la qualité de vie, et promeut une architecture responsable qui tient compte d’importantes questions de société.