En cette journée de grève mondiale pour le climat, les architectes canadiens s’engagent à agir sur la crise climatique

OTTAWA, le 20 septembre 2019 — Le Comité sur les environnements régénératifs de l’Institut royal d’architecture du Canada (IRAC) invite les firmes d’architecture et de design du Canada à s’engager dans la lutte contre la crise climatique en signant la Déclaration des architectes canadiens sur l’urgence d’agir en faveur du climat et de la biodiversité.

« Le changement climatique est une réalité et notre façon de concevoir nos bâtiments a un énorme impact sur ce plan », dit Mona Lemoine, MRAIC, présidente du Comité et architecte établie à Vancouver (C.-B.). « Nous avons la capacité de changer la donne grâce aux connaissances, à la recherche et à la technologie qui existent aujourd’hui. C’est une période emballante, car nous pouvons influencer le cours des choses. »  

La déclaration d’aujourd’hui est émise le jour où des architectes de partout dans le monde appuient les étudiants dans une grève mondiale pour le climat qui s’inscrit dans une semaine d’événements entourant le Sommet Action Climat des Nations Unies à New York. Cette semaine d’action mondiale prévoit des grèves les 20 et 27 septembre au Canada et ailleurs dans le monde, où des étudiants et des adultes prendront la rue pour demander une action climatique. Le mouvement de grève climatique international a pris naissance en 2018 avec l’adolescente militante suédoise Greta Thunberg.

La déclaration, intitulée Les professionnels canadiens de l’architecture déclarent l’urgence du climat et de la biodiversité et s’engagent à prendre des mesures urgentes et soutenues, est une initiative lancée par des architectes de partout au pays et des membres du Comité des environnements régénératifs de l’IRAC. Elle est basée sur une déclaration semblable des architectes du Royaume-Uni qui a recueilli quelque 630 signatures.  

« Nos crises interdépendantes de dérèglement climatique, de dégradation écologique et d’inégalités sociales sont les problèmes les plus graves de notre époque », dit la déclaration canadienne. « La conception, la construction et l’exploitation de notre cadre bâti sont responsables de près de 40 % des émissions de dioxyde de carbone liées à l’énergie et elles ont des répercussions généralisées sur nos sociétés et la santé des systèmes vivants qui assurent notre viabilité. »
La déclaration invite fermement les architectes et les designers à sensibiliser le public à l’impact du cadre bâti sur le changement climatique et à prendre des mesures immédiates dans l’exécution de leurs projets et dans leurs rôles de conseillers, de défenseurs, d’éducateurs et de catalyseurs.

L’appel à l’action porte notamment sur les mesures suivantes :

•    Concevoir en vue de réductions holistiques des émissions de gaz à effet de serre.

•    Plaider en faveur d’investissements dans une transition rapide vers des solutions de rechange résilientes aux changements climatiques et respectueuses du climat.

•    Éliminer les déchets et les dommages et soutenir une transition rapide vers des économies circulaires.   

•    Concevoir en vue de la santé, de la résilience et de la régénération holistiques; en respectant les droits et la sagesse des peuples autochtones.

•    Adopter les principes et les pratiques de la conception régénérative pour concevoir et réaliser des projets et des environnements qui vont au-delà de la norme du net zéro en usage.

•    Promouvoir les changements systémiques rapides nécessaires pour lutter contre les crises du climat et de la santé écologique, ainsi que les politiques, les priorités de financement et les cadres de mise en œuvre qui les appuient.

Un document d’accompagnement, Concevoir pour l’avenir, précise les mesures que peuvent prendre les architectes et les designers.

Dans le contexte de l’élection fédérale du 21 octobre, le Comité invite les architectes canadiens à demander aux partis politiques de s’engager à maintenir le réchauffement global en deçà de 1,5 ºC en mettant en place les changements décrits dans la déclaration. Il recommande également de voter en conséquence.

AU SUJET DE L’IRAC

L’Institut royal d’architecture du Canada est le principal porte-parole de l’excellence dans le cadre bâti au Canada et représente plus de 5 000 membres. L’IRAC plaide en faveur de l’excellence, œuvre à démontrer comment la conception améliore la qualité de vie, et promeut une architecture responsable qui tient compte d’importantes questions de société.

armadillos