Que disent les partis politiques au sujet de l'environnement bâti?

OTTAWA, le 17 octobre 2019 - Trois partis ont répondu aux questions de l'Institut royal d'architecture du Canada (IRAC) au sujet de la durabilité, des conditions de vie dans les collectivités autochtones, de l'approvisionnement fédéral et d'une politique nationale de l’architecture pour le Canada.

Dans le cadre de la campagne électorale fédérale de 2019, l'IRAC préconise l'amélioration de l'environnement bâti en proposant un questionnaire aux partis politiques du Canada. L'élection aura lieu le lundi 21 octobre prochain.

Voici les réponses complètes :

L'IRAC n'a pas encore reçu de réponse du Parti conservateur du Canada, du Bloc québécois et du Parti populaire du Canada.

Le gouvernement fédéral est le plus important propriétaire d'immeubles et de terrains au Canada. À ce titre, il devrait établir les normes d'excellence et de durabilité environnementale les plus élevées afin de maximiser les avantages pour les Canadiens, d'optimiser les ressources et de positionner le Canada comme un chef de file international.

*

À la première des quatre questions, l'IRAC a demandé aux partis leur stratégie pour faire face aux changements climatiques et à la santé holistique par le biais des bâtiments et des projets du gouvernement du Canada.

En réponse, les libéraux, le NPD et les verts ont insisté sur la nécessité de rénover en profondeur les bâtiments existants au Canada pour les rendre plus écoénergétiques, tout en investissant dans un design plus durable pour l'avenir.  

« Pour aider à rendre les grands immeubles commerciaux plus écoénergétiques, nous lancerons un concours national visant à créer quatre fonds à long terme de 100 millions de dollars pour attirer des capitaux privés qui pourront servir à la rénovation en profondeur de grands immeubles, comme les tours de bureaux » a ajouté le Parti libéral.

Le Parti Vert a déclaré qu'il « modifierait le code national du bâtiment pour exiger que les nouvelles constructions respectent les normes d'émissions nettes zéro d'ici 2030 et qu'il collaborerait avec les provinces pour le mettre en application. »

« Nous travaillerons aussi en partenariat avec les Canadiens et les collectivités dans le but de faire des investissements sérieux pour rendre les bâtiments plus écoénergétiques, aider les familles à économiser de l’argent et lutter contre les changements climatiques, a déclaré le NPD. Les architectes joueront un rôle essentiel dans la conception, la construction et l’acquisition de bâtiments modernes. »

*

L'IRAC a demandé à chaque parti quel est son plan pour améliorer les conditions de vie des peuples autochtones et quelles mesures il prendrait pour donner aux groupes autochtones et aux architectes autochtones les moyens d'agir dans leurs communautés.

Les libéraux, les néo-démocrates et les verts ont tous dit qu'ils s'engagent à travailler avec les communautés autochtones partout au pays pour rendre l'infrastructure durable et abordable. 

« Tous les peuples du Canada - Premières Nations, Métis, Inuits et autres - méritent d'avoir accès à une infrastructure durable et de qualité supérieure qui soutient des collectivités saines, sûres et habitables, a déclaré le Parti Vert. En investissant davantage dans les arts et dans la préservation du patrimoine bâti du Canada, nous appuierons les architectes et les concepteurs autochtones. »

Les libéraux ont promis : « Pour combler ce déficit d'infrastructure, nous élaborerons conjointement des plans d'infrastructure communautaire fondés sur les distinctions et investirons dans ces plans, et nous irons de l'avant pour répondre aux besoins en infrastructures essentiels - comme le logement, les routes praticables en tout temps, Internet haute vitesse, les établissements de santé, les centres de traitement et les écoles - des communautés inuites, métisses et des Premières Nations, et ce, avant 2030. »

Les néo-démocrates ont déclaré qu'ils« s’attaqueront à la crise du logement chez les Autochtones et mettront fin au surpeuplement chronique ainsi qu’aux longues listes d’attente en collaborant avec les communautés à la mise en œuvre de stratégies de logement élaborées conjointement par les Premières Nations, les Métis et les Inuits. »

*

Les partis fédéraux avaient des opinions divergentes lorsqu'on leur a posé des questions sur le système actuel d'approvisionnement pour les projets gouvernementaux au Canada. Le Parti Vert et le NPD ont convenu que des changements importants sont nécessaires pour donner la priorité aux Canadiens et favoriser le développement durable au Canada.

« Nous examinerons le système d’approvisionnement fédéral pour nous assurer que, dans la mesure du possible, les processus du gouvernement fédéral sont conçus pour encourager les soumissionnaires canadiens et que l’application d’ententes sur les avantages communautaires fera en sorte que les fournisseurs canadiens ainsi que les travailleuses et travailleurs locaux soient prioritaires », a souligné le NPD.

Les verts « voient les marchés publics comme une occasion pour les organismes gouvernementaux de promouvoir le développement durable grâce au pouvoir d'achat de l'État ».

Pour sa part, le Parti libéral s'est dit fier du système actuel.

« Le gouvernement libéral actuel a mis en place un système d'approvisionnement de calibre mondial qui optimise les ressources tout en réalisant les objectifs socioéconomiques de notre gouvernement, et en simplifiant le système d'approvisionnement des fournisseurs et des ministères clients, ce qui donne aux Canadiens de meilleurs résultats », ont déclaré les libéraux.

*

Le Parti Vert a déclaré qu'il soutient la création d'une politique nationale de l'architecture, en collaboration avec les organisations de la société civile et les experts.

« Chaque nouveau bâtiment offre une occasion de rassembler les communautés, de favoriser la croissance économique, de promouvoir la durabilité, de stimuler le tourisme, d'encourager l'engagement culturel et de rendre nos collectivités plus agréables à vivre, a déclaré le Parti Vert. C'est aussi l'occasion de collaborer avec les architectes et les concepteurs canadiens et de soutenir une industrie nationale de grande valeur qui fait l'envie du monde entier. »

Le Parti libéral a insisté sur l'importance de la préservation et de la protection des lieux historiques partout au Canada, ce qui est un aspect de la politique nationale de l'architecture. « Pour orienter plus clairement la façon dont les lieux patrimoniaux nationaux devraient être désignés et préservés, nous adopterons une nouvelle loi exhaustive sur les lieux patrimoniaux appartenant au gouvernement fédéral ».

Le NPD n'a pas commenté l'établissement d'une politique nationale de l'architecture pour le Canada.


 

AU SUJET DE L'IRAC

L’Institut royal d’architecture du Canada est le principal porte-parole de l’excellence dans le cadre bâti au Canada et représente quelque 5 000 membres. L’IRAC plaide en faveur de l’excellence, œuvre à démontrer comment la conception améliore la qualité de vie, et promeut une architecture responsable qui tient compte d’importantes questions de société.