Institut royal d'architecture du Canada

FIRPAC - Sommaire de la rencontre du 29 juin 2016

Par Deborah Levine Farrow, FRAIC

Le Conseil consultatif sur les biens immobiliers du gouvernement fédéral et de l’industrie (FIRPAC)

Le Conseil offre aux représentants des secteurs public et privé un lieu de rencontre pour discuter de questions ayant trait à la planification et à la gestion des biens immobiliers du gouvernement fédéral, notamment dans les disciplines de l’architecture, du génie, de la construction, de la gestion d’installations, du design d’intérieur, de la conservation du patrimoine et de l’architecture du paysage. Les membres du Conseil partagent les mêmes objectifs d’améliorer les relations, de partager l’information et de renforcer les communications.

Sujets de discussion

1. Cote de sécurité et empreintes digitales

Un représentant du secteur de la sécurité industrielle de Services publics et Approvisionnement Canada (SSI-SPAC) a présenté un exposé sur la sécurité et souligné que la GRC imposera la prise d’empreintes digitales électroniques obligatoire à des fins de filtrage de sécurité des entrepreneurs à compter de l’automne.

Les représentants de l’industrie et du gouvernement ont exprimé leurs inquiétudes et se sont demandé si le gouvernement du Canada est prêt à instaurer un tel changement en temps opportun et de manière responsable compte tenu du nombre élevé de cotes de sécurité – environ 3 000 cotes de sécurité par semaine, a-t-on mentionné.

2. Normes de performance nationales pour les immeubles de bureaux

Le ministère des Services publics et de l’Approvisionnement Canada (SPAC) a présenté de l’information sur un document auquel il travaille, les Normes de performance nationales pour les immeubles de bureaux. Le SPAC fournit des milieux de travail à 110 ministères et organismes fédéraux et 87 pour cent des biens immobiliers du gouvernement sont des espaces à bureaux.

La Direction générale des biens immobiliers de SPAC acquiert les espaces au nom de tous les ministères. La division de la gestion des services professionnels et techniques de SPAC exerce un rôle de leadership national pour offrir une expertise en matière de planification, de design et de services techniques. Elle élabore à cette

fin des politiques et des instruments de politiques pour orienter la réalisation des projets immobiliers. Les Normes de performance nationales pour les immeubles de bureaux se voudront un complément au document Milieu de travail 2.0.

Les objectifs des Normes de performance nationales pour les immeubles de bureaux sont les suivants :

  • Définir des normes minimales pour la conception et la construction des immeubles de bureaux fédéraux;
  • Servir de norme à l’allocation des coûts pour les projets d’immeubles de bureaux;
  • Appuyer les objectifs de durabilité de la Stratégie de développement durable du gouvernement fédéral et de la Stratégie de développement durable du ministère;
  • Chercher à harmoniser la conception et la réalisation des projets à l’échelle nationale;
  • Assurer la bonne qualité des services de conception.

Le processus a jusqu’à maintenant porté sur l’élaboration d’un document préliminaire et d’une « simulation d’un bâtiment prototype » avec un architecte ou un ingénieur chargé d’examiner les incidences. Le document a subi plusieurs modifications. SPAC fera connaître le calendrier de mise en œuvre. Le FIRPAC a demandé d’en recevoir une copie avant la prochaine rencontre afin que les membres puissent exprimer leurs commentaires. Les membres du FIRPAC issus de l’industrie ont demandé qu’un lien vers la page Web de SPAC leur soit transmis lorsque le document y sera affiché.

3. Attribution des contrats de SPAC

On a demandé aux représentants de SPAC s’il y avait une ligne directrice dont l’industrie pourrait être informée quant à l’approvisionnement en services de gestion immobilière et de réalisation de projets Biens immobiliers-1 (BI-1) ou Biens immobiliers-2 (BI-2) ou selon une offre permanente directe à SPAC.

Réponse de SPAC :

  • SPAC a l’intention de s’assurer qu’il a la capacité de livrer son programme de travail selon les divers modes disponibles, y compris le BI-1. Le ministère a récemment choisi l’option BI-1 dans l’attribution d’un contrat à Brookfield Global Integrated Solutions (BGIS) pour la réalisation de projets de plus de1 million $.
  • Dans la foulée de la transition vers ce nouvel outil, il a fallu prendre certaines décisions quant aux projets à transférer à BGIS, y compris certains projets qui en étaient à leurs premières étapes.
  • Ce n’est pas une « séance de magasinage », mais une transition qui ne se produit qu’une fois et ne devrait pas se répéter. SPAC diffuse le message et développe les outils pour s’assurer que les gestionnaires de projets effectuent la transition de manière appropriée.

L’IRAC a soulevé la question suivante concernant le projet d’aménagement locatif d’un étage d’un immeuble de bureaux qui en compte plusieurs selon un contrat BI-1. « Est-ce que SPAC, en tant que représentant du propriétaire, exerce une surveillance quant à l’utilisation des services professionnels des architectes, des ingénieurs et des designers d’intérieur? »

Réponse de SPAC : Le ministère exerce une surveillance rigoureuse et appropriée de la prestation des services en vertu d’un contrat BI-1, mais cette surveillance est basée sur la performance et nous ne donnons aucune directive quant aux consultants qu’il convient d’engager pour l’étendue des travaux dans nos bâtiments.

Les représentants de l’industrie ont souligné qu’une DPA pour un projet dans la région de la capitale nationale émise par BGIS (BI-1) en mai 2016 a été annulée en juin 2016, juste avant la date de remise des propositions. L’Ontario Association of Architects, les Designers d’intérieur du Canada et l’IRAC avaient exprimé leurs inquiétudes au sujet des conditions contractuelles de cette DPA.

3. BIM

Bob Hildenbrandt de l’Institut pour la BIM au Canada a fait une présentation. 

Les représentants des ministères et de l’industrie ont tenu une discussion ouverte sur les expériences de chacun selon le groupe d’intérêt qu’ils représentent. On se demande quelles seront les politiques et quelles seront les attentes des propriétaires des bâtiments et des clients en ce domaine.

Les représentants de l’industrie provenaient des organismes suivants : IRAC, Association des firmes d’ingénieurs-conseils (AFIC), CEC, Association canadienne de la construction (ACC), Institut canadien des économistes en construction (CIQS), Association canadienne d’experts-conseils en patrimoine (ACECP), Ingénieurs Canada (IC), Designers d’intérieur du Canada (DIC) et Association des architectes paysagistes du Canada (AAPC). Les représentants du gouvernement provenaient des ministères et organismes suivants : Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC), Défense nationale (DN), Construction de Défense Canada (CDC), Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), Gendarmerie royale du Canada (GRC) et Commission de la capitale nationale (CCN).

 

4. Mandat du FIRPAC

Le mandat révisé du FIRPAC a été accepté.

 

Prochaine réunion : 26 octobre 2016

armadillos