Le principal porte-parole
de l’architecture au Canada

Message de la présidente 2017

En 2017, alors que les Canadiens célèbrent le 150e anniversaire de la Confédération, l’Institut royal d’architecture du Canada célèbre également une étape importante, son 110e anniversaire. L’IRAC a été fondé en 1907 pour promouvoir l’architecture dans ce pays et a tenu son premier congrès à Montréal. La célébration de notre riche passé ne nous empêche toutefois pas d’orienter nos efforts sur l’avenir et de nous demander comment l’IRAC peut offrir les meilleurs services à ses membres, à la communauté architecturale du Canada et au cadre bâti.

La priorité de 2017 est d’effectuer une étude sur les besoins évolutifs de nos membres et de la communauté architecturale élargie pour nous assurer que nos membres ont des expériences pertinentes qui leur offrent de la valeur et qui favorisent le sentiment d’appartenance. J’invite les membres plus jeunes à nous aider à réaliser le changement. Les nouvelles générations peuvent influer sur le cours des choses et l’IRAC leur offre des occasions d’apprendre et de diriger.

La consultation survient lors d’une période de croissance dans plusieurs domaines pour l’IRAC, notamment dans l’aide à la pratique, les activités de sensibilisation et la reconnaissance de l’excellence. On s’attend à ce que le Festival d’architecture 2017, qui se tiendra à Ottawa du 24 au 27 mai, attire un grand nombre de délégués, car l’IRAC travaille de concert avec l’Ontario Association of Architects pour présenter un programme des plus intéressants. Je me réjouis à l’idée d’accueillir les architectes de la grandeur du Canada à cet événement exceptionnel.

Les architectes auront peut-être de la difficulté à réaliser que le bon design ne suffit pas. Je crois que la sensibilisation peut protéger les futurs talents de la profession et c’est pourquoi je crois que l’IRAC joue un rôle important. Nous sommes en bonne position pour nous attaquer aux priorités croissantes d’aujourd’hui : l’environnement, la santé et la durabilité. Nos initiatives en cours portent d’ailleurs sur ces questions.

Ainsi, nous sommes très enthousiastes de présenter le premier Symposium international sur l’architecture et le design autochtones pendant le Festival 2017, organisé par le groupe de travail autochtone de l’IRAC, ainsi qu’une séance sur la conception favorable au vieillissement en santé, proposée par le groupe de travail sur le vieillissement sur place de l’IRAC.

En 2017, j’entends poursuivre sur la lancée et appuyer le travail de ces groupes et d’autres groupes comme le Comité pour des environnements régénératifs et le groupe de la Relève professionnelle. Cette année, nous entreprendrons la révision du Manuel canadien de pratique de l’architecture et le renouvellement du programme Syllabus avec l’Université Athabasca. Le comité d’aide à la pratique a maintenant terminé la révision du Document Six et l’édition 2017 sera publiée d’ici le mois d’avril.
Sur la scène internationale, le deuxième cycle du Prix international Moriyama IRAC est en cours. Après la clôture de l’appel de candidatures, le 8 mars, un éminent jury examinera les candidatures et le lauréat sera annoncé lors d’un gala à Toronto, le 19 septembre.

J’ai bien des espoirs et des attentes pour la prochaine année. J’aimerais renforcer la fierté des architectes, mettre en valeur l’importance de leur travail et encourager la diversité et l’inclusivité dans la profession. Ensemble, nous nous efforcerons de montrer que l’architecture améliore la vie des gens en éveillant les sens et en stimulant l’esprit.

J’invite les membres à rêver à ce que l’avenir leur réserve, à contribuer à cet Institut, à amener un changement notable et à laisser un héritage durable. 

armadillos