Institut royal d'architecture du Canada

Représentant sortant des stagiaires de l’IRAC à son successeur : « Continuez d’établir des liens. »

À titre de conseiller représentant les stagiaires et les architectes stagiaires au conseil d’administration de l’IRAC, Tyler Loewen, MRAIC, a mis à contribution sa passion pour le soutien des jeunes professionnels à l’échelle nationale. En cours de route, il a acquis des compétences professionnelles et une meilleure compréhension des enjeux cruciaux qui attendent la profession d’architecte au Canada.

« Beaucoup de travail est exécuté en arrière-plan afin de veiller à ce que la profession demeure saine et dynamique, mentionne Loewen, dont le mandat se termine le 31 décembre. Nous avons tous la responsabilité de faire progresser la profession. Pour ma part, cela m’a donné une occasion idéale d’expérimenter toutes les facettes du fonctionnement de la profession. »

L’IRAC est à la recherche d’un successeur à Loewen et sollicite des nominations au poste de conseiller représentant les stagiaires et les architectes stagiaires. Le mandat de trois ans débute le 1er janvier 2018. La période de nominations se termine le 1er novembre 2017.

Originaire de Winnipeg et âgé de 31 ans, Tyler Loewen est titulaire d’un baccalauréat en design de l’environnement et d’une maîtrise en architecture de l’Université du Manitoba. Avant de se joindre au conseil d’administration de l’IRAC, il a siégé au conseil d’administration de la Manitoba Association of Architects. Loewen a obtenu récemment son permis et travaille dans un cabinet d’architecte de Boston.

« Je vous conseille d’avoir l’esprit ouvert, de trouver les causes qui vous passionnent et d’évaluer comment vous pouvez y contribuer positivement », ajoute Loewen à l’intention des candidats éventuels au poste.

Parmi ses réalisations, Loewen est très satisfait d’avoir contribué à créer le groupe IRAC Relève professionnelle, aussi appelé IRAC RP, et à poursuivre ses activités, notamment les webinaires et les séances d’éducation continue axées sur les enjeux qui attendent les stagiaires et d’autres jeunes praticiens, ainsi que les événements sociaux et de réseautage.

« Je voulais continuer d’établir des liens entre les stagiaires à Winnipeg, voire même à élargir le cercle afin de relier tous les stagiaires à l’échelle nationale, souligne Loewen. Nous devons continuer d’établir des liens et de constituer des ressources grâce à IRAC RP dorénavant. La profession est vieillissante et beaucoup de jeunes talents veulent se situer et trouver leur place dans leur propre pratique de l’architecture. »

« J’étais aussi intéressé de voir comment les différents niveaux de la profession fonctionnent. Je voulais, en début de carrière, avoir une vue d’ensemble de la profession, de ses subtilités et de l’identité de l’architecture canadienne tandis que je saisissais différentes occasions et que j’évoluais dans la pratique de l’architecture », ajoute-t-il.

« J’ai également trouvé intéressant de connaître la politique stratégique ou la politique de gestion des situations, comment rencontrer les bonnes personnes, poser les bonnes questions. Les méthodes qu’emploie un conseil d’administration pour discuter et arriver à un consensus sont, je crois, les mêmes que nous, les architectes, utilisons avec nos consultants, les intervenants et le public pour obtenir un consensus. Ce sont des aptitudes que j’ai perfectionnées durant mon mandat au conseil. »

Loewen mentionne que sur le plan personnel, il a pu développer ses compétences diplomatiques. « Je réagis souvent rapidement en formulant une opinion, avoue-t-il. J’ai constaté que je tentais plus activement de rester impartial jusqu’à ce que j’aie entendu tous les points de vue. Ma première réaction fondée sur ma propre expérience et ma connaissance de la question ne tenait pas compte d’une multitude d’aspects. »

L’IRAC, selon lui, offre une tribune de dialogue entre les stagiaires et les professionnels d’expérience.

« Le Festival d’architecture est un autre aspect passionnant pour moi, remarque Loewen. L’opportunité de rassembler tous les intervenants et de discuter de manière informelle est inestimable. Et les contacts sont à plusieurs niveaux; avec vos pairs et avec des individus que vous admirez, qui pratiquent depuis des années et qui vous font découvrir leurs luttes et leurs réussites. »

« J’ai beaucoup apprécié le respect et l’attention de mes collègues du conseil, qui ont écouté le point de vue des stagiaires dans tous les dossiers, conclut-il. Le conseil d’administration a soutenu et continue de soutenir le groupe IRAC RP et ses projets. Je sentais que je parlais d’égal à égal autour de la table. »

armadillos