Le principal porte-parole
de l’architecture au Canada

L’IRAC dévoile le lauréat du Prix du cabinet d’architectes de la relève 2017

Une firme de Vancouver réputée pour son design recherché, efficace et moderne, tant dans ses projets de nouvelles constructions que de rénovations, remporte le Prix du cabinet d’architectes de la relève 2017 décerné par l’Institut royal d’architecture du Canada (IRAC).

Le cabinet D’Arcy Jones Architecture (DJA) a été créé en 2005 par D’Arcy Jones, MRAIC, diplômé de l’Université du Manitoba à Winnipeg et de l’Université Dalhousie à Halifax, qui avait auparavant travaillé à son compte, de 2000 à 2005. Le cabinet de neuf personnes œuvre principalement dans le domaine résidentiel, mais il réalise aussi des projets commerciaux et des projets de rénovations et d’aménagement intérieur, notamment dans des galeries d’art.

« Son travail est toujours remarquable et innovateur », a déclaré le jury de six membres. « L’intégration des espaces intérieurs et extérieurs est toujours subtile et particulièrement bien réussie, ce qui donne une architecture poétique. »

Le Prix du cabinet d’architectes de la relève est remis aux associés d’un jeune cabinet d’architectes qui produit de façon constante une architecture de haute qualité. Il récompense la qualité des projets réalisés, le service à la clientèle, le caractère innovateur de la pratique et la reconnaissance du public.

« Le travail du cabinet démontre une connaissance approfondie de la construction et un souci de créer une diversité spatiale », a ajouté le jury. « Les projets sont soigneusement et intensément détaillés. »

Le prix sera remis lors du Festival d’architecture de l’IRAC/OAA qui se déroulera à Ottawa, du 24 au 27 mai 2017. « C’est un grand honneur de remporter ce prix national de l’IRAC et nous sommes très heureux d’être reconnus par nos pairs », a déclaré D’Arcy Jones. « Nous sommes reconnaissants envers nos clients qui nous soutiennent et nous encouragent à créer des bâtiments ingénieux. »

Pour télécharger des images

Alors que la ville de Vancouver délivre près de 1 000 permis de démolition par année, DJA adhère à la réutilisation adaptative des plus anciens bâtiments et y voit une occasion d’innovation en architecture et de recyclage. À titre d’exemple, le cabinet a redonné une nouvelle vie à un bungalow de Vancouver des années 1940 en laissant pénétrer la lumière, en donnant des vues sur l’extérieur et en le remontant d’environ huit pieds, ce qui a permis de transformer le sous-sol en aires de vie principales et l’étage en chambres à coucher. (Rénovation Waddell - Kunigk, 2011)

Certaines décisions de design découlent de la volonté des clients de se faciliter la vie ou d’éviter les travaux d’entretien trop fastidieux. Par exemple, pour la maison Friesen-Wong, à Coldstream (C.-B.) le revêtement extérieur en bois carbonisé à la japonaise n’aura jamais besoin d’être teint ou peint.

Les clients de la maison Abenbare, à Toronto, un bungalow des années 1950 rénové en 2012 sont satisfaits du résultat et décrivent ainsi leur expérience : « L’architecte avait une touche personnelle, une ouverture d’esprit pour intégrer les idées et les réflexions sans présumer qu’il n’y avait qu’une seule solution. Au-delà de son design visionnaire, nous avons été impressionnés par son souci de respecter notre budget. »

DJA réalise ou a réalisé des projets à la grandeur de la Colombie-Britannique, ainsi qu’en Ontario, en Suisse, en Californie et dans l’État de Washington. En participant à des concours, des comités de design et des jurys, et en enseignant et en donnant des conférences, le cabinet s’efforce d’apporter une contribution essentielle à la culture architecturale contemporaine.

Le cabinet a remporté plusieurs prix, dont un Prix de design urbain de Vancouver, en 2016, deux prix du mérite de Canadian Architect et le prix inaugural Arthur Erickson Memorial. En 2014, D’Arcy Jones a remporté le prix Ronald-J.-Thom de design architectural pour candidats en début de carrière du Conseil des arts du Canada, qui récompense un talent créateur et un potentiel exceptionnels en design architectural.

Le jury était formé de :

  • Barry Johns, FRAIC, chancelier du Collège des fellows de l’IRAC, (président du jury) Edmonton;
  • Ricardo L. Castro, FRAIC, professeur agrégé à l’école d’architecture de l’Université McGill, Montréal;
  • Wayne DeAngelis, FRAIC, ancien président de l’IRAC, Vancouver;
  • Tom Emodi, FRAIC, associé principal de TEAL Architects+Planners, Halifax;
  • Patricia Patkau, FRAIC, médaillée d’or de l’IRAC en 2009, Vancouver;
  • David Scott, MRAIC, lauréat du Prix du jeune architecte de l’IRAC en 2016, Vancouver.

 

AU SUJET DE L’IRAC

L’Institut royal d’architecture du Canada est le principal porte-parole de l’excellence dans le cadre bâti au Canada et représente quelque 5 000 membres. L’IRAC plaide en faveur de l’excellence, œuvre à démontrer comment la conception améliore la qualité de vie, et promeut une architecture responsable qui tient compte d’importantes questions de société.

 

Pour de plus amples renseignements :

Maria Cook
Gestionnaire des communications et des activités de sensibilisation
mcook@raic.org
613-241-3600, poste 213

Angie Sauvé
Spécialiste des communications avec les membres
asauve@raic.org

armadillos